Les Indestructibles 2

Le film commence exactement là où le premier nous avait laissé : face au terrible Démolisseur qui sort des entrailles de la Terre pour déclarer la guerre à la paix et au bonheur. Trop de dégâts sont fait durant le combat avec le Démolisseur, et le gouvernement interdit les supers-héros. La famille Parr se retrouve contraint de mener une vie de famille normale jusqu'au jour ou Winston Deavor, magnat de la télécommunication, philanthrope et immense fan de supers-héros, leur annonce qu'il a un plan pour remettre les supers-héros sur le devant de la scène et gagner l'opinion public. C'est Elastigirl qui commence par se mettre au boulot, tandis que Mr Indestructible s'occupe des enfants à la maison. (le côté « la femme fait le job tandis que l'homme reste a la maison a s'occuper des gosses pour s'inscrire dans une mouvance féministe » c'est amené plus finement que ce que mon résumé laisse paraître hein).

Cela fait pas moins de quatorze ans que l'on attendait ce film. Quatorze ans a se demander si on reverrait un jour la super famille Parr sur les écrans. Et ces quatorze ans d'attente, ils n'ont pas fait que du bien. En effet, après quatorze ans, les attentes des spectateurs sont au plus haut, ils ont passés en revu tout les scénarios possible et imaginable et veulent encore être surpris. Il y a tout de même de fortes chances qu'ils soient déçus, peu importe la qualité du film. Et c'est le souci majeur des Indestructibles 2, car si le film est d'excellente facture, qu'il dépote visuellement et qu'il surprendra tout les spectateurs les plus jeunes n'ayant jamais vu le premier film de 2004, il reste tout de même beaucoup trop ressemblant au premier opus au niveau du scénario et de la trame de l'histoire. Et c'est fort dommage, parce qu'on voit le retournement de situation final arriver a des kilomètres.

Flèche a une bonne tronche sur cette image

Après le film reste bon, super sympa et se place dans une lignée de très bonnes suites pour Pixar (Toy Story 2 et 3, même Le Monde de Dory était plutôt chouette). Et faire une bonne suite au meilleur Pixar de tout les temps, c'est déjà bien. On replonge avec un grand plaisir dans l'univers coloré et rétro-futuriste des Indestructibles, bien que le film ne soit pas aussi inventif dans ses décors que le premier (qui avait des décors dignes de ce que faisait Ken Adam, le chef décorateur des premiers James Bond). Cette suite est plus sombre, plus urbaine, moins d'île à la végétation luxuriante pour plus d'appartement miteux. Un peu plus adulte dans sa vision d'ensemble. Par contre le film en fait un peu trop avec Jack-Jack, le fait qu'il ai plein de pouvoirs et qu'ils viennent aléatoirement est assez drôle, mais après un moment ça fait trop (surtout que j'ai l'impression qu'il y a un pouvoir en particulier qui a été mis pour déboucher scénaristiquement une scène, enfin vous verrez).

Les Indestructibles 2 (2)

Visuellement, l'animation de Pixar est superbe, ils ont réussi a très bien garder le style visuel du premier tout en augmentant la qualité visuelle et l'animation. C'est vraiment très beau, très fluide, et certaines idées de mise en scène de Brad Bird sont vachement chouette. On notera également un superbe travail sur la photographie du film. J'ai trouvé la lumière super belle et très très bien utilisée. Le doublage est parfait, comme d'habitude (j'ai vu le film en VO) même si on entend que Craig T. Nelson (Robert Parr / Mr Indestructible) a pris un sacré coup de vieux entre les deux films (il avait 60 ans lors de la sortie du premier film, donc 74 aujourd'hui). Et pour la petite anecdote, le doubleur de Edna Mode n'est autre que le réalisateur lui-même : Brad Bird. Mais la plus grande force du film c'est sans aucun doute sa musique, Michael Giacchino sort le grand jeu et s'éclate comme un petit fou, il pousse le délire musicale plus loin même que dans le premier opus et fait exploser les fameux cuivres, ça éclate, ça pète de partout, ça tourbillonne et ça s'écoute sans faim. C'est la musique qui nous accueille dans le film, c'est elle qui nous accompagne durant, et c'est avec cette musique que ce termine le film. La musique, c'est la carte d'identité du film et Giacchino nous montre qu'il est décidément l'un des compositeurs actuel les plus doués.

Bref, un film d'animation qui fait du bien même si son scénario est loin d'être original (et que certains design de personnages sont assez étrange), on est happé par cet univers visuellement et musicalement très riche et on aime s'attarder au côté de cette famille de supers-héros si humaine. Juste fait attention si vous êtes épileptiques car certaines scènes sont un peu stroboscopiques sur les bords !

 

Les Indestructibles 2 de Brad Bird

Avec les voix de Craig T. Nelson, Holly Hunter, Samuel L. Jackson, etc...