3_Billboards_les_panneaux_de_la_vengeance

Mildred Hayes est une mère en colère. Et pas qu'un peu. Des mois après le viol et le meurtre de sa fille, le coupable n'a toujours pas été trouvé et la police semble être passé à autre chose. Pour partager son énervement (et faire bouger les choses) dans la petite bourgade d'Ebbing (Missouri), elle décide de louer trois immenses panneaux publicitaires afin d'y inscrire l'incompétence de la police et pourquoi pas, relancer l'enquête. Mais avec les flics un peu bouseux et un peu racistes du coin, rien n'est joué d'avance.

Le titre original est Three Billboards outside Ebbing, Missouri, un titre qui renvoie presque a une légende de carte postale. Mais qui voudrait passer des vacances à Ebbing tant la ville n'a pas grand chose de spéciale, excepté ses personnages merveilleusement écrit ? Mais ça sonne quand même mieux que Three Billboards : les panneaux de la vengeance. Le sous titre Les panneaux de la vengeance ça fait quand même série B un peu pulp des années 90 !

On pourrait presque croire à un film des frères Coen. Presque, et le fait que Frances McDormand y joue y est pour beaucoup. C'est d'ailleurs son mari, Joel Coen qui l'a convaincu de prendre le rôle. Mais c'est surtout cette représentation de l'Amérique profonde, une Amérique de rednecks, où les dialogues sont acerbes et un humour très noir et très cynique s'élève de la malchance locale qui renvoie à l'univers des frères réalisateurs.

Si la réalisation est très bien, notamment un plan séquence plutôt marquant, c'est le scénario dont on reconnaît la virtuosité en premier. Le scénario et les dialogues. Pfiou ça fait vraiment du bien de voir un scénario aussi bien maîtrisé ! Sans petite facilité. Le film est très sombre quand on y pense et il n'est adoucit que par le mordant des dialogues. Le film dure un peu moins de deux heures mais on ne voit même pas le temps passer, s'il avait duré trente minutes de plus, cela n'aurait pas été un problème tant les personnages sont bien écrits (si tant est qu'il y ai quelque chose a raconter durant cette demi-heure évidemment, car le film est génial tel qu'il est).

pour info sur le premier panneau est inscrit : "Raped while dying". Super joyeux non ?

Il a y beaucoup de chansons dans la BO du film mais pourtant cela ne fait que renforcer les moments où l'on peut entendre la musique de Carter Burwell. Sa musique arrive et gonfle la puissance de l'instant de l'intérieur. Le thème de Mildred semble la pousser en avant dès qu'on l'entend. C'est assez génial.

Le film est porté par des personnages forts, interprétés par des acteurs en pleine forme. Woody Harrelson est William Willoughby, shérif d'Ebbing qui paraît plouc mais qui s'avère plus profond est consciencieux qu'a première vue. Après son excellent rôle de colonel fou dans La Planète des singes : suprématie, c'est sa deuxième superbe performance de l'année. D'ailleurs il a récolté une nomination à l'oscar du meilleur acteur dans un second rôle pour Three Billboards ! Sam Rockwell est Jason Dixon, flic d'Ebbing, mi stupide, mi raciste et homophobe. Rockwell qui est peu connu du grand public à joué dans Moon, dans Galaxy Quest, dans 7 psychopathes (le précédent film de McDonagh), dans La Ligne verte, mais aussi dans Iron Man 2, eh oui, c'est lui qui cabotine un max dans le rôle de Justin Hammer ! Il est génial ici et c'est l'un de ses meilleur, si ce n'est son meilleur rôle. Il a gagné le golden globes du meilleur acteur dans un second rôle pour ça et est nommé pour les oscars. Mais la tête de proue du film, la pièce maîtresse, celle qui tire tout le reste en avant c'est évidemment Frances McDormand ! Sublime en Mildred Hayes, femme forte qui refuse de se laisser abattre malgré les difficultés de la vie. Mais qui a tout de mêmes des défauts sinon ce n'est pas drôle hein. Pour son rôle, McDormand s'est inspiré de John Wayne, que ce soit pour sa posture, sa démarche ou son phrasé. Et elle est géniale, tout simplement. Elle vole tout sur son passage par sa simple présence. Un rôle marquant récompensé par un golden globes et (peut être) un futur oscar (ce serait alors le second, après celui remporté pour son rôle de flic enceinte dans le Fargo des frères Coen). Et puis à côté de tout ce beau monde se trouve du non moins beau monde, puisque on retrouve des acteurs tels que Peter Dinklage, John Hawkes, Caleb Landry Jones ou Lucas Hedges.

Dixon s'emporte parfois un peu vite, en même temps il faut éviter de parler de sa maman.

Bref, une réalisation solide, un scénario maîtrisé de bout en bout, des dialogues mordants au possible et des acteurs qu'on aimerait voir plus souvent dans une aussi grande forme. Three Billboards : les panneaux de la vengeance se positionnait comme un outsider aux Golden globes et a cassé la baraque avec ses quatre prix (meilleur film, meilleur scénario, meilleur actrice, meilleur acteur dans un second rôle) et s'avère être un prétendant sérieux pour les oscars ! Mais c'est quand même hyper dur de choisir un favori pour le prix du meilleur acteur dans un second rôle : entre Sam Rockwell, Woody Harrelson et Willem Dafoe pour The Florida project, ça va être dur de les départager ! (Je parle pour moi hein, si ça se trouve l'académie va filer le prix a Richard Jenkins ou Christopher Plummer, mais vu que je n'ai pas vu La forme de l'eau et Tout l'argent du monde, je ne m'avance pas !).

 

 

Three Billboards : les panneaux de la vengeance de Martin McDonagh

Avec Frances McDormand, Sam Rockwell, Woody Harrelson, Lucas Hedges, John Hawkes, Peter Dinklage, Caleb Landry Jones, etc...