Wouhou ! C'est Noël, la période des fêtes, du froid et de la bonne humeur. Mais aussi la période des films de Noël ! Et des films de Noël il y en a des tas, des pas très bons, comme du moins bon. Mais aussi (parfois) certains qui sortent du lot et qui se révèlent être des bons (voir excellents) films. Et ici je vais vous parler de l'un des meilleurs film de Noël au monde (même s'il est sorti en juillet aux États-Unis et en septembre en France). Bon, si vous avez lu le titre avant de commencer à lire la critique vous savez forcément de quel film je parle : Piège de cristal !!!! (ou Die Hard chez l'oncle Sam).

Piège de cristal

Tout commence le 24 décembre (quand je vous dis que c'est un film de Noël), lorsque John McClane, humble lieutenant de police à New York se rend à Los Angeles pour passer un fabuleux Noël avec sa femme (avec laquelle il ne s'entend plus très bien et doit donc se rabibocher) et ses deux enfants. Il arrive donc tranquillou à l'aéroport et est conduit au siège de l'entreprise ou travaille sa femme par un sympathique chauffeur nommé Argyle. Il arrive ainsi au Nakatomi-Plaza, un gratte-ciel dans lequel la fête de Noël est donnée au trentième étage. Ce n'est pas le dernier étage, mais presque, étant donné que ceux au dessus sont encore en chantier. McClane monte jusqu'à l'étage de la fête et va faire le poing avec ses orteils sur la moquette dans la salle de bain en attendant que sa femme revienne, ce n'est pas très efficace. Mais ce n'est pas le pire, car pendant qu'il était pépère dans la salle de bain, un groupe de treize terroristes, dirigé par le machiavélique Hans Gruber, prend le contrôle de tout le bâtiment et toutes les personnes présentes à l'intérieur deviennent leur otages. Toutes ? Non, car John McClane a le temps de s’éclipser avant qu'on ne le trouve et va faire en sorte de devenir un sacré grain de sable dans le mécanisme extrêmement bien huilé des terroristes. Paf, le meilleur (ou presque) film d'action du monde est lancé ! Ainsi qu'une franchise, qui, bien que lucrative, n'arrivera jamais par la suite à égaler ce premier opus (même si le troisième s'en rapproche pas mal en terme de qualité).

"Maintenant je sais ce que ressent un lapin dans son terrier"

Pour son troisième long métrage, après Nomads (que je n'ai pas encore vu) et l'excellent Predator, John McTiernan frappe fort. Vraiment très fort tant ce film est devenu culte et à même ouvert une nouvelle ère du cinéma d'action. Alors que des Stallone ou des Schwarzenegger sont des véritables machines à muscles intuables et quasi muets dans des films tels que Predator, Commando et Rambo II et III, sans parler des Jean-Claude Van Damme et autres Steven Seagal. Et parmi tout ces types là, ces héros taillés pour leur job (qui à vraiment cru que Steven Seagal allait rester un simple cuistot durant tout Piège en haute-mer ?), débarque John McClane, avec son air fatigué et son marcel crade. Un flic qui n'a rien à faire là, qui n'a jamais rien demandé, qui n'a même pas de chaussures, qui s'entend mal avec sa femme et qui se retrouve avec juste un flingue face à treize bonshommes prêt à tout pour le tuer. Et en plus, il saigne et se fatigue vraiment ! Ça devait faire longtemps que des bad-guys n'étaient pas tombés sur un type comme ça. Presque une aubaine pour eux étant donné que le projet devait originellement être une suite de Commando, avec Schwarzy dont le biceps doit faire deux fois l'épaisseur d'un Bruce Willis entier. Et avec John McClane, Piège de cristal amène aussi une ambiance toute nouvelle dans le cinéma d'action. Une ambiance qui aurait pu rapidement devenir sombre ou très (trop) sérieuse, qui reste tout de même tendue, mais qui est éclaircie par l'humour et la spontanéité du personnage de Bruce Willis. Ce qui amène une légèreté indéniable au film, chose jusqu'alors vraiment rare dans ce genre de film d'action, ou un homme est seul contre tous. Un personnage auquel le spectateur peut s'identifier beaucoup plus facilement qu'à un John Matrix dans Commando ou à un John Rambo.

John McTiernan est un des réalisateur les plus efficace au monde, ses scènes fonctionnent du tonnerre, que ce soit la scène de la poursuite entre Schwarzy et la créature dans Predator, ou encore celle du vol dans le musée dans Thomas Crown. Et Piège de cristal ne déroge pas à la règle. Dès le début, McTiernan sait où il va et instille des éléments qui pourront prendre une importance par la suite (sans que ce soit de la taille d'un fusil de Tchekov dans un film à twist, ça reste un film d'action). De plus, il prend le temps de bien poser les bases de son histoire avant de faire entrer les méchants dans l'histoire et de commencer les fusillades. Il nous fait aussi aimer John McClane par sa simplicité et sa spontanéité face aux événements auxquels il va devoir faire face. Toutes les scènes d'action sont excellemment bien réalisées et s'enchaînent de manière hyper efficaces. On ne s’ennuie pas une seule seconde durant tout le film.

"Je ne comprendrais jamais le besoin que vous autres américains ressentez toujours de jouer les héros solitaires"

Piège de Cristal est le film qui va faire connaître Bruce Willis du grand public. Un Bruce Willis qui, comme dit précédemment, tranche avec les héros de film d'action connus jusqu'alors. Son jeu naturel et spontané fait de John McClane un personnage qui ne pouvait être qu'apprécié par le public. Il est aujourd'hui impensable d'imaginer le méchant Hans Gruber joué par quelqu'un d'autre que le génialissime Alan Rickman pour qui c'était le premier rôle au cinéma. Et en effet, le méchant que l'on a pu voir à l'écran doit beaucoup à l'acteur, c'est par exemple lui qui à voulu faire de Gruber un méchant qui se démarque des autres terroriste du groupe. Car en tant que chef, il fallait qu'il ait une certaine prestance. Ce qui est parfaitement rendu par le costume qu'il porte. L'anglais est excellent dans ce personnage froid et calculateur, avec ce regard glacial qui reste sur son visage tout au long du film. C'est un des meilleurs méchant du cinéma d'action, de par son intelligence, et parce qu'il va donner pas mal de fil à retordre à John McClane, mais surtout parce qu'il est très bien écrit et est rendu vraiment crédible par l'interprétation d'Alan Rickman.

Pour conclure, Piège de cristal, meilleur film d'action au monde ? Si ce n'est pas le cas, on en est pas loin tant John McTiernan nous livre ici un des sommet du genre. Porté par une réalisation au petits oignons, un scénario rythmé comme on les aime et des acteurs au top de leur forme. Un film qui propage l'esprit de Noël comme aucun autre avant lui ! Yippee ki-yay !

 

Piège de Cristal de John McTiernan - 1988

Avec Bruce Willis, Alan Rickman, Bonnie Bedelia, etc...