Ma vie de courgette

C'est l'histoire d'un petit garçon de neuf ans aux cheveux bleus nommé Icare, mais qu'il faut appeler Courgette parce qu'il préfère (et, avouons le, c'est cool de s'appeler Courgette. Artichaut ou Fenouil c'est moyen, mais Courgette c'est la classe !). Après le décès accidentel de sa mère (alcoolique et agressive, ce qui faisait d'elle une personne peu avenante), Courgette part vivre dans un foyer pour enfants. Là-bas, il va se faire de nouveaux amis : Ahmed, Jujube, Alice et Béatrice, qui ont eu eux aussi une enfance pas des plus faciles. Il va faire face à Simon, le rebelle de la bande. Il va apprendre à s'amuser et, pourquoi pas, rencontrer l'amour de sa petite vie de Courgette à l'arrivée de la mystérieuse nouvelle: Camille !

Ce film peut être apprécié à tout âge, même s'il est originellement destiné à un public plutôt jeune, surtout qu'il aborde des sujets pas si « enfantins » que ça. Mais il le fait de manière si bien amenée et si douce que ça en devient clair. Mais qu'est ce qu'un sujet « enfantin » au juste ? Qu'est ce qui ne le serait pas ? Le fait que ce film parle de choses telles que la perte d'un proche (que ce soit par un divorce, un suicide, ou autre chose, par exemple la mère de Béatrice à été expulsée du pays), ou du sexe (mais de manière rigolote), en ferait un film destiné à un public plus mature ? Et bien non. Ici ce sont des enfants qui parlent de ça. Qui en parlent comme des enfants, pour des enfants. Des enfants, qui tentent de comprendre, même s'ils ne peuvent pas tout savoir. Des enfants en pâte à modeler, avec quatre doigts à chaque main, un grand visage et des yeux ronds comme des billes avec des paupières et des petits sourcils au dessus qui rendent le tout si expressif. Et attachant.

Courgette et ses amis du foyer.

La technique utilisée pour l'animation du film est celle de la stop-motion. C'est à dire que les figurines sont placées dans un décor et que des animateurs les déplacent de manière très lente et très précise et qu'à chaque nouveau déplacement, une photo est prise. Les photos sont ensuite mises l'une après l'autre. Et, suivant le nombre de photos par seconde et l'ampleur du déplacement des figurines entre chaque image, cela donne un résultat animé plus ou moins fluide. C'est une technique que l'on a pu voir dans des films tels que Coraline, Chicken Run ou encore Les Noces Funèbres. Le film n'est pas très long (un peu plus d'une heure). Mais la technique de la stop-motion est quelque chose qui demande beaucoup de précision et beaucoup de temps. Ainsi le film à pris presque deux ans pour être tourné ! Mais cette durée plutôt courte ne l'empêche pas de prendre son temps, laissant l'histoire avancer tranquillement, à son rythme. Un rythme qui est, rappelons le, fait pour des enfants.

Ma vie de Courgette c'est donc un film plus profond qu'il ne paraît. Un film sur l'enfance, mais aussi sur la perte et la découverte de l'autre, sur la vie en groupe et sur l'amitié. Avec des personnages attachants et sensibles. Un petit film avec un grand coeur ! 

 

Ma vie de Courgette de Claude Barras.